Enfants, ados & écrans : trouver le bon dosage

Enfants, ados & écrans : trouver le bon dosage

L’idée d’interdire catégoriquement les écrans pour les enfants me gêne (après tout, bien utilisés, ce sont de formidables outils) et pour les ados (bonjour l’ostracisation dans la cour du collège quand on n’a pas de smartphone !).  Toutefois, les spécialistes nous alertent : trop d’écrans peut nuire à leur développement.

Entre “trop” et “pas assez”, il n’est vraiment pas facile de savoir ce qui est bon pour nos enfants !

Plutôt que d’y aller à tâtons, je préfère me fier aux préconisations des spécialistes.

Serge Tisseron, psychiatre, propose une règle facile à retenir, articulée autour de l’âge des enfants : 3, 6, 9, 12

jusqu’à 3 ans, éviter les écransles enfants ont besoin de construire leurs repères dans l’espace (en manipulant des objets qui stimulent tous leurs sens) et dans le temps (à travers les histoires qu’on leur raconte),

jusqu’à 6 ans, limiter le temps d’écrans pour laisser la part belle à la créativité. L’enfant développe son imagination en créant de ses propres mains, et en jouant avec d’autres. Utilisés avec modération, les écrans interactifs peuvent être utilisés pour développer les sens des enfants, et pour jouer de préférence à plusieurs.

jusqu’à 9 ans, fixer des limites de temps d’écran, et respecter les âges des programmes (télé, jeux vidéo). Et éviter l’ordinateur et les écrans dans les chambres !

jusqu’à 12 ans, c’est l’éducation à internet, accompagné – pour que l’enfant comprenne 3 notions fondamentales : ce que l’on y met peut se retrouver dans le domaine public, ce que l’on y met restera éternellement, on y trouve des informations vraies, mais également des informations fausses.

A partir de 12 ans, commence le temps de l’autonomie – celle-ci s’accompagne de règles d’usages (contrôle parental, créneaux d’utilisation, pas d’utilisation la nuit).

D’autres spécialistes préconisent de préserver une plage de 90 minutes sans écrans avant d’aller se coucher. Cela évite les stimulations liées aux notifications et à la lumière bleue, et permet d’entamer sereinement la nuit.

Autant de pistes qui nous permettent d’accompagner nos enfants avec davantage de sérénité dans leur découverte du numérique !

Dernier point – mais pas des moindres : nous sommes leur premier modèle, et malheureusement pas les plus exemplaires dans nos usages ;-))

 

Sources :

Succès pour la campagne de lancement E-Pause !

Succès pour la campagne de lancement E-Pause !

La campagne de lancement de E-Pause s’est achevée le 3 décembre 2018 en beauté.

Résultat des courses : l’objectif initial de la campagne de financement participatif a été atteint, et même dépassé !

Les quelque 1300 visiteurs de la page sur la plateforme Ulule ont découvert la gamme d’objets collectifs, design, écologiques et Made in France que nous avons imaginée pour vous permettre de faire des pauses numériques, et eu la possibilité de prendre part à l’aventure en participant à la campagne de crowdfunding, avec notamment la possibilité de commander en avant-première et en exclusivité les six modèles de la gamme.

Une première expérience de crowdfunding réussie, avec des soutiens mobilisés et très enthousiastes, qui met E-Pause sur les rails !

“Depuis je soutiens à fond ce projet” – témoignage

“Depuis je soutiens à fond ce projet” – témoignage

« Je dois commencer par dire que je suis très très accro à mon smartphone. Je le garde presque toujours dans ma poche ou à portée de mains, de sorte que je réagis à toutes les sonneries, sms et notifications quasi instantanément. Je passe rarement plus de quinze minutes sans regarder mon smartphone. Je dois dire aussi que j’ai un beau smartphone de dernière génération et que j’ai peur de le perdre, l’égarer ou qu’il puisse s’abîmer.

J’ai fait une découverte intéressante avec E-Pause. Je suis arrivé vers 11:00. Je connaissais le concept E-Pause car Agnès me l’avait expliqué. J’ai mis le téléphone en mode silencieux, je l’ai glissé dans une des pochettes du E-Pause FAMILIE. Puis avec Agnès nous sommes allés travailler dans son bureau, pendant une heure. À la fin Agnès m’a raccompagné, à ma voiture, et au moment de démarrer je me suis écrié, car je n’avais pas mon GPS préféré : «  j’ai oublié mon téléphone dans le E-Pause ». C’était vraiment inédit pour moi : j’avais réellement réussi à me décrocher de mon téléphone pour plus d’une heure, et j’avais pleinement profité de mon interaction avec Agnès.

Bravo E-Pause. Je pense que le sentiment de sécurité que les objets douillets de E-Pause procurent à joué pour beaucoup dans le fait que j’ai pu en sécurité me séparer de mon téléphone et l’oublier…. »

Joachim, novembre 2018

Une E-Pause, c’est quoi ?

Une E-Pause, c’est quoi ?

Faire une E-Pause, c’est :

  • Mettre de côté physiquement, pour un moment, smartphones et tablettes
  • Dégager du temps pour soi et les autres, et faire des choses qui nous tiennent à coeur
  • Résister à l’hyper-connectivité, source de charge mentale et prendre le contrôle de nos smartphones et de nos tablettes, qui sont des outils géniaux mais terriblement envahissants
  • Prendre du recul : a-t-on besoin d’être connectés non-stop ? 90% d’entre nous ne quittent jamais la maison sans leur smartphone, 49% l’utilisent jusqu’en pleine nuit, 81% le regardent pendant les repas en famille

Faire une E-Pause, ce n’est pas :

  • Se couper du monde. Une E-Pause, c’est une pause, pas un sevrage !
  • Etre déconnecté. Au contraire, pendant votre E-Pause, vous êtes connecté à ce et à ceux qui vous entourent. Respirez, regardez autour de vous, souriez !
  • Lutter contre le progrès : l’hyper-connexion n’est pas un signe de modernité. Et si ce n’était pas si cool, au final, d’être scotché H24 à son smartphone ?
  • Mission impossible : faites-vous confiance ! Et puis comme c’est vous qui fixez les règles, elles sont adaptées à votre mode de vie ; toutes les chances sont de votre côté

 

Crédit photo : @NoelBauza-Pixabay