Lors de cette série dédiée au design, Agnès Szabo, la créatrice de E-Pause, et Patrice Bonneau, le designer des collections, reviennent sur différents aspects de leur collaboration.

Aujourd’hui, Patrice et Agnès nous expliquent comment ils ont abordé le travail de co-création autour de E-Pause, un concept novateur avec peu de références pré-existantes.

– Agnès :  « Nous nous sommes mis d’accord sur une approche très ouverte du sujet : « On est sur un sujet émergent, il y a très peu d’autres produits sur le marché, nous pouvons explorer un large éventail de pistes… Ouvrons nos chakras et laissons libre cours à notre créativité ! » Fut mon mot d’ordre

Toutefois, l’une des contraintes fortes du cahier des charges était l’utilisation de matériaux renouvelables, et une conception low tech pour prendre le contrepied de la technologie des smartphones et tablettes. L’une de nos références est le concept venu d’Inde, le Jugaad, qui met en avant la notion de frugalité. Nous avons également décidé de nous affranchir de la notion de mode – nous voulions des objets qui puissent durer dans le temps et dont la ligne ne devienne pas obsolète au bout d’une saison.

Nous avons travaillé ensemble deux demi-journées au Centre d’Entreprises et d’Innovation* qui incubait le projet, à proximité du Futuroscope à Poitiers. Patrice a appliqué la méthode d’accompagnement qu’il a mise au point au fil de ses interventions en entreprise. Je dois dire que nous avons été très créatifs : nous avons généré plusieurs dizaines de pistes de produits. Et tout cela dans une ambiance plutôt joyeuse !

« Ne pouvant exploiter toutes les idées de produits que nous avions trouvées, nous avons sélectionné deux idées bien distinctes. L’une pensée pour la collection « à la maison » (lisible, simple, ludique), et l’autre destinée à la collection « au bureau » (avec une « ligne claire », comme on dirait en BD) : la fameuse vague que l’on retrouve sur les modèles Tao et Waveinabox »

– Patrice : « Nous avons pris le temps d’asseoir notre relation sur des fondations solides : avec un référentiel, pendant deux jours, nous avons considéré : esthétique, technique, les cultures du numérique, les publications scientifiques, la responsabilité sociétale, l’innovation,…

Nous avons construit une vision globale et partagée de notre projet !

J’ai eu un espace temps pour noircir un cahier complet avec ma vision prospective du projet : du plus discret au plus “meublant“, du plus simple au plus sophistiqué techniquement…

Nous avons méticuleusement évalué chaque piste de travail.

Toutes les étapes jusqu’à la fabrication en série ont suivi ce même processus : Un espace temps pendant lequel je développe sereinement une étape, puis une vraie démarche de co-conception. »

RDV la semaine prochaine pour le 4ème et dernier épisode de cette série dédiée au design. Pour terminer en beauté, Patrice dévoilera notamment quel est le modèle qui le touche le plus dans l’ensemble de la collection !